La maison des arts, centre d'art contemporain de Malakoff

Bénéficiant d’une situation géographique de voisinage avec la capitale, elle est devenue l’un des lieux de rendez-vous des amateurs et professionnels d’art contemporain de la région parisienne. Ouverte au public le plus large, la Maison des Arts propose un programme de quelque quatre expositions par an attentif à toutes les tendances, à toutes les générations et à tous les moyens d’expression plastique, organisant des rencontres avec les artistes et menant une action pédagogique très active.

Peinture, sculpture, photo, vidéo et installation sont au menu d’une programmation qui trouve à la Maison des Arts un cadre à échelle humaine, nanti en pleine ville d’un espace de verdure très convivial.

Marlène Mocquet, Malachi Farrell, Jacques Monory, Les Kolkoz, Françoise Pétrovitch, Natacha Nisic, Anne Brégeaut, Christian Boltanski, Jeanne Susplugas, Renaud Auguste-Dormeuil comptent parmi les très nombreux artistes qui y ont été exposés…

La résidence

La Maison des Arts de Malakoff a inauguré en mars 2013 une résidence d’artiste dans le champ des arts plastiques, au sein même du centre d’art municipal. Cette résidence est rendue possible grâce au soutien de la DRAC Ile-de-France (subvention spécifique pour la résidence d’artiste) partenaire de la ville de Malakoff dans ce projet.

Le projet

Les artistes sont invités à postuler avec un projet de recherche et de création en lien avec la ville et ses spécificités, ses acteurs, son paysage urbain et/ou son histoire. Le projet doit être attentif à créer du lien avec les habitants du territoire.

Descriptif de la résidence

La résidence d’une durée d’un peu plus de 4 mois vise à accompagner la production d’œuvres qui, en fonction du projet et de son évolution, feront l’objet d’une exposition collective ou personnelle, hors les murs ou dans l’espace du centre d’art.

Le projet de l’artiste sera accompagné d’un soutien intellectuel et logistique par l’équipe de la Maison des Arts. Le centre d’art facilitera les recherches et les rencontres avec les acteurs et habitants du territoire. Le résident percevra des honoraires et il lui sera demandé de réaliser des interventions rémunérées auprès des écoles et collèges de la ville de Malakoff ainsi qu’auprès du public du centre d’art, le tout en lien avec son projet.

Artistes accueillis

  • 2013 : Elodie Brémaud
  • 2014 : Capucine Vever
  • 2015 : Pablo Cavero
  • 2016 : Gregory Buchert

Historique

———

L’origine.

C’est au XVIIIe siècle, sur la carte des chasses établies entre 1764 et 1774, que l’on trouve la première trace de cette propriété sous le nom de « Remise de l’Orme », au hameau du Petit-Vanves situé dans la plaine de Montrouge. A proximité du château de Montrouge, habité à l’époque par le Duc de Lavallière, elle faisait partie des chasses royales. Ces terres étaient jalonnées de bosquets qui servaient de remise au gibier. On sait que Louis XV vint y chasser, rendant visite au seigneur du château.

De 1825 à 1877

On trouve la première origine de propriété de ce terrain, dans un acte notarié de 1825. Monsieur François Pelletier, jardinier-maraîcher demeurant à Vaugirard, achète à Monsieur Jean-François Gédéon Deshayes, un terrain « de marais avec habitation de maraîcher » situé sur « le terroir de Vanves, au lieu-dit l’Epinette ». A sa mort, en 1840, il sera vendu aux enchères et acheté par Monsieur Bertault, négociant, qui acquiert par la suite toutes les parcelles voisines. Le terrain de maraîcher devient une grande propriété de 6385,20 m², sur laquelle Bertault construit plusieurs bâtiments qu’il donnera à ses enfants à titre de partage anticipé, en 1865.

Le 28 décembre 1849, un architecte vérificateur, dont la signature est illisible, atteste sur un certificat que le « Sieur Bertault a fait construire en 1845 sur le terrain dont la contenance se trouve portée au contrat ci-annexé, un bâtiment à 2 égouts couverts en toiture placé entre cour et jardin de la contenance de 16 mètres de longueur sur 9 mètres, 20 mètres de largeur et 7 mètres de hauteur jusqu’à l’entablement. Cette construction sert au rez-de-chaussée de magasin et orangerie et au premier étage de logement et salle de billard. » Ce certificat semble être le document d’origine de la maison. La date correspond à la période où les monuments historiques situent sa construction (entre 1830 et 1850). Elle aurait été construite d’après un recueil d’architecture de Nicolas Durand, paru vers 1804-1805, qui donne la grammaire formelle de ce type de construction et des schémas types de façade. Seules les sculptures, toutes différentes représentant les quatre saisons (ou 2 saisons et deux continents) ne correspondent pas aux recommandations de ce traité de construction.

De 1877 à 1935

Le 18 février 1877, les héritiers Bertault vendent la propriété à la Compagnie des Tramways de Paris, qui en fera un dépôt pour la zone sud (le tramway qui allait à Saint-Germain-des-Prés partait de ce dépôt).

En 1913, le prolongement de la rue Pierre Larousse depuis la route de Montrouge (actuel boulevard Gabriel Péri) jusqu’à la route de Châtillon (actuelle avenue Pierre Brossolette), traverse le dépôt de la Compagnie des Tramways et rend inutilisable une parcelle triangulaire de 2466,15 m² sur laquelle se trouve la maison. Elle devient propriété du département de la Seine le 31 décembre 1920, et par délibération du 11 juillet 1923, le Conseil prononce la désaffection du terrain et le vend pour 180 000 F à la Préfecture de Police en vue de son utilisation par les Services Départementaux d’Hygiène.

En 1935, le terrain est encore amputé de 391,25 m², pour l’élargissement de la nationale 06.

De 1960 à 1993

Dans les années 60, André Malraux, alors ministre de la culture, remarque cette maison devant laquelle il s’arrête par hasard, alors qu’il se rend chez Louise de Vilmorin dans la Vallée de Chevreuse.

A sa demande, les services du ministère approfondissent leurs recherches, et le 28 octobre 1980, les façades et la toiture sont inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Par une délibération du 17 novembre 1992, le conseil municipal de la ville de Malakoff décide d’acquérir cette propriété que lui vend le département des Hauts-de-Seine.

Elle devient donc propriété de la Ville en 1993, et elle est appelée « Maison des Arts ».

La maison des arts, centre d'art contemporain de Malakoff Art center
Map Map
92 Hauts-de-Seine Zoom in 92 Hauts-de-Seine Zoom out

105, avenue du 12 février 1934


92240 Malakoff

T. 01 47 35 96 94

Official website

Malakoff – Plateau de Vanves
Porte d'Orléans

Opening hours

Wednesday – Friday, noon – 6 PM
Saturday, 2 PM – 6 PM

Admission fee

Free entrance

Entrée Libre