Alain Séchas — Sans cimaise et sans pantalon

Exhibition

Painting, sculpture, video

Alain Séchas
Sans cimaise et sans pantalon

Past: June 15 → September 3, 2012

0712 3 grid Panorama 07/12 Du Centre Pompidou au Louvre en passant par le Palais de Tokyo, la rédaction pose un regard sans concession sur les expositions franciliennes du mois de juillet.

Simultanément à la manifestation Le Voyage à Nantes, parcours urbain de 8,5 km, le Palais de Tokyo accueille une étape de Sans cimaise et sans pantalon, carte blanche confiée à l’artiste Alain Séchas qui puise dans les collections du musée des Beaux-Arts de Nantes afin de les revisiter. À travers ses sculptures et installations où chats, martiens et centaures ont la part belle, et aussi avec ses peintures abstraites, Alain Séchas déploie un univers mettant en exergue la complexité des sentiments qui habitent l’Homme.

À l’occasion de cette escale parisienne, Alain Séchas propose de présenter trois œuvres dans la Galerie du Capricorne : la toile le Naufrage du trois-mâts L’Emily en 1823, 1865, d’Eugène Isabey ; le marbre Si je tombe, 1953-1954, d’Émile Gilioli ; ainsi que Gorille enlevant une femme du sculpteur français Emmanuel Frémiet. Par des jeux d’analogie entre ces œuvres, Alain Séchas déplace avec humour la charge érotique évidente du Gorille de Frémiet, qui fit scandale en son temps. Il accompagne cet ensemble avec Only Joe, montage vidéo d’extraits du film Mighty Joe Young réalisé en 1949 par Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, déjà auteurs du célèbre King Kong de 1933 — notre Gorille en serait, dit-on, l’inspirateur. Dans les années 1950, la bête sexuelle est devenue Saint-Bernard, le rapt mythologique, un sauvetage. En articulant entre elles des œuvres muséales des XIXe et XXe siècles au pouvoir d’émotion très actuel, de la grande machine picturale au film catastrophe, de la sculpture animalière à l’abstraction, Alain Séchas nous parle de la violence et de ses représentations tragicomiques.

Alain Séchas, né en 1955, vit et travaille à Paris.